Drosophila Melanogaster

 

Plus communément appelée mouche à fruits ou  mouche du vinaigre, l’espèce la plus connue est la Drosophila melanogaster mesurant 2 ou 3mm.

Elle possède comme caractéristiques les yeux rouges et un corps brun jaunâtre en partie rayé. L’extrémité de chaque antenne est ramifiée comme une plume.

Comportement

De petites larves sortent des œufs pondus par la femelle. Devenus plus grands, les asticots se cherchent un milieu sec et s’y transforment en nymphes (pupes). Les adultes émergent et s’accouplent après la cour (laquelle consiste chez le mâle à produire un son en faisant vibrer ses ailes).

Présence dans nos intérieurs

La drosophile est hygrophile (l’humidité est nécessaire à son bon développement) et lucicole (qui recherche la lumière); on l’aperçoit donc près des fenêtres et des lavabos. Les adultes peuvent voltiger près de leurs sources d’alimentation, tels que des fruits mûrs ou en fermentation, sur lesquels ils cherchent à pondre leurs œufs. Des liquides fermentés, tels que le vin, le cidre, le vinaigre ou la bière, constituent également des endroits propices au développement des levures dont se nourrissent les larves. Comme les asticots se développent dans un milieu humide, on peut les retrouver au fond d’un bol à fruits et parfois à la surface des fruits.

Les drosophiles fréquentent souvent la matière végétale en décomposition, les arbres morts et les champignons près des étangs et des marais où leur menu se compose également de nectar de fleurs. Certaines espèces se nourrissent de la sève des arbres ou pénètrent à l’intérieur des feuilles.

Méthodes de contrôle

Il faut trouver le foyer d’infestation qui se limite parfois à une simple pelure de banane. Un bon entretien ménager permet habituellement d’y parvenir. Vérifiez si des fruits mûrs sont présents dans le bol à fruits; si c’est le cas, mettez-les dans un contenant bien fermé et surveillez-les. Débarrassez-vous de ceux que vous ne mangerez pas. Les bananes mûres, les ananas, les tomates et les pommes de terre seraient particulièrement propices. Inspectez les drains qui s’écoulent mal et où peuvent s’accumuler une mince couche de débris organiques.

La drosophile et la science

Comme la drosophile se reproduit rapidement (la femelle pond environ 500 œufs qui peuvent se développer en huit jours) et qu’elle possède des chromosomes géants dans ses glandes salivaires, elle est très souvent utilisée dans différents protocoles de recherche. Elle a même permis à des chercheurs de remporter un prix Nobel. En procédant à des manipulations génétiques, il a été possible, entre autres, de repousser les limites du vieillissement et de prolonger la vie de ces insectes de 40 à 50 %.

Dans le langage courant

On qualifie de mouches une foule d’insectes qui n’en sont pas nécessairement. Les vraies mouches appartiennent à l’ordre des diptères et ne sont munies que de deux ailes alors que la plupart des autres insectes en possèdent quatre. Les mouches à scie (hyménoptères) sont plus apparentées aux abeilles, les mouches blanches (hémiptères) aux punaises et les mouches à feu ou lucioles (coléoptères) aux coccinelles.

Les drosophiles n’apparaissent pas par magie dans les maisons. Les œufs sont souvent déjà présents sur la pelure des fruits qu’on introduit dans la maison. Les drosophiles adultes peuvent également pénétrer dans la maison.

Le rôle de la drosophile ne consiste pas à embêter les humains. Bien que sa présence près de nos fruits et légumes ainsi que sa multiplication rapide ne soient pas appréciées à l’intérieur de nos demeures, elle est utile pour accélérer la décomposition des végétaux. Les spores que la femelle transporte et dépose avec ses œufs favorisent le développement des levures et le processus de fermentation.

Catégories : Actualités